Fribourg-en-Brisgau
travail en cours



C’est à Londres, plus précisément à Hampstead Heath lors de son tout premier emploi en tant que mathématicien que A. fut initié à l’astrologie de manière inattendue. Une pratique qui l’accompagnera toute sa vie durant.
Lors de notre rencontre en Allemagne, A. m’a raconté une histoire qui m’a beaucoup touchée.
Celle d’un arbre. Un très vieil arbre. Un chêne situé près du bourg Sponeck dans le sud de l’Allemagne où il passa son enfance. Cet arbre le fascinait pour deux raisons, tout d’abord ses dimensions, il fallait trois hommes pour faire le tour du tronc et ensuite sa longévité, déjà âgé de 400 ans, il lui survivrait à n’en pas douter. Des années plus tard de retour à Sponeck, il découvrit avec stupeur et une immense tristesse que cet arbre si puissant était malade et mourra peu de temps après.
À travers ce portrait il est question de la finitude, de la perte mais aussi de l’ambivalence de la coexistence du rationnel et du magique face aux interrogations et aux angoisses de l’existence.